Vous êtes ici

Ajouter à mon espace perso«Des doutes sérieux d’entraves à la concurrence» selon l'Autorité de la concurrence dans le dossier d'acquisition par Vivendi et Canal+ des chaînes du groupe Bolloré

Pour ajouter ce contenu à vos favoris, il suffit de vous inscrire ou de vous identifier

18/04/2012

«Des doutes sérieux d’entraves à la concurrence» selon l'Autorité de la concurrence dans le dossier d'acquisition par Vivendi et Canal+ des chaînes du groupe Bolloré

L’examen du dossier du rachat par Vivendi et Groupe Canal+ des sociétés Direct 8, Direct Star, Direct Productions, Direct Digital et Bolloré Intermédia soulève «des doutes sérieux d’entraves à la concurrence», selon l’Autorité de la concurrence, qui a décidé d’ouvrir sur le sujet une «phase d’examen approfondi». Les engagements proposés par Canal+ le 27 mars (voir archive) ne suffisent en effet pas, selon l’Autorité, à lever les risques d'atteinte à la concurrence identifiés à ce stade de la procédure.
L'instruction de première phase «tend en effet à montrer que la position concurrentielle de Groupe Canal+, notamment sur les marchés amont de l'acquisition de droits relatifs à une diffusion sur télévision payante, pourrait lui permettre de restreindre la concurrence en exploitant, par un effet de levier, la forte position qu'elle occupe sur ces marchés au bénéfice de ses nouvelles activités en matière de télévision gratuite», explique l’Autorité.
Des risques sérieux subsistaient également «quant aux conditions dans lesquelles les chaînes gratuites concurrentes pourront accéder au catalogue de films de StudioCanal, par rapport aux chaînes dont Groupe Canal+ souhaite prendre le contrôle».

Partager