Vous êtes ici

Ajouter à mon espace persoDe l’impérieuse nécessité du Search à l’heure de l’envol du e-commerce par Alix Pandrea - Directeur Général Search Foresight (Heroiks Group)

Pour ajouter ce contenu à vos favoris, il suffit de vous inscrire ou de vous identifier

20/04/2020

De l’impérieuse nécessité du Search à l’heure de l’envol du e-commerce par Alix Pandrea - Directeur Général Search Foresight (Heroiks Group)

A l’heure d’une pandémie inédite, une récente étude eMarketer a estimé les investissements liés au search aux USA avec une baisse pouvant aller de -8,7% à -14,8% pour le 1er semestre 2020. Plus impacté, le 2ème trimestre pourrait chuter dans une fourchette de -20,2% à -29,4%. Paralysie du secteur touristique et fermeture des points de ventes physiques combinées à une souplesse d’annulation qui permet à tout moment d’assurer le retrait d’une campagne sans pénalité représentent autant de facteurs à l’origine de cette décroissance.
Pour autant, l’ensemble des observateurs s’accordent à le souligner, la crise du coronavirus a redistribué les cartes en matière des distribution et services et l’e-commerce a ainsi le vent en poupe. Même si le déconfinement s’installe rapidement, les usages auront alors d’ores et déjà définitivement évolué. La course au bon positionnement sur la page de résultats n’en sera que plus intense et comme chacun le sait, une stratégie de référencement naturelle ou payante s’inscrit dans la durée. A l’heure de ce changement de paradigme, pour assurer leur survie et développer leur croissance, les entreprises n’auront d’autre choix que d’assurer l’accélération de leur digitalisation. Par ailleurs, cet impératif se veut encore plus catégorique pour les commerces de proximité.
Une digitalisation accrue
A l’heure de l’épidémie de coronavirus, le web s’est imposé comme notre principal outil pour nous informer, apprendre, échanger et consommer. Pour chaque entreprise, la maîtrise de cet écosystème faisait déjà avant le 16 mars figure d’objectif prioritaire mais elle prend aujourd’hui un nouveau virage, celui de la nécessité absolue. En effet, des situations identiques à celle que nous connaissons ne peuvent malheureusement être proscrites à l’avenir et l’anticipation s’impose toujours face à la réaction. Fort de ce constat, l’ensemble des entreprises ayant accumulé du retard en matière de digitalisation se retrouve au pied du mur sans réelle échappatoire pour le contourner. Ces dernières vont ainsi devoir s’équiper davantage voire massivement en outils numériques pour poursuivre et pérenniser leur activité. La transformation digitale prend alors les atours d’état de fait. Solutions pour communiquer à distance pour les collaborateurs, renforcement du cloud pour partager des dossiers… et surtout site e-commerce pour assurer le développement de leurs activités commerciales s’imposent sur l’échiquier business post-coronavirus. Certains secteurs, comme celui du commerce de proximité, ont accumulé un réel retard en la matière.
Une urgence toute particulière pour le commerce de proximité
Comme nous le précisions en amont, après une décade favorable à l’émergence du e-commerce, la crise du Covid-19 a contribué à une accélération sans pareil de ce dernier et ce mouvement devrait s’inscrire dans la durée. Une pluralité d’acteurs du commerce au détail sont ainsi amenés à repenser leurs stratégies pour maintenir le lien avec leurs clients ou vendre à distance. Intégration à des plateformes dédiées au commerce de proximité, social media, e-mailing et surtout investissement dans un site web figurent parmi les axes prioritaires. Stratégies SEO & SEA, refonte ou migration de sites web… de nombreuses opportunités sont à envisager pour favoriser le bon positionnement de ces acteurs sur la page de résultats. Loin des idées reçues, l’e-commerce ne doit donc pas entraîner la mort des commerces de proximité mais au contraire favoriser leur essor.
Quid des acteurs mieux positionnés
Concernant d’autres secteurs d’activité ou acteurs dont le retard semble moins prononcé, conserver et accroître leur longueur d’avance fait figure d’impératif. Pour ce faire, éviter de tomber dans l’écueil de la décroissance d’investissements s’impose. En effet, à quelques encablures du versement des sites web dans l’index mobile first de Google (septembre 2020), les stratégies mobile first devront être affinées pour générer un trafic qualifié, ciblé et issu de sources diverses et maîtrisées. En parallèle, les piliers du référencement ne devront pas être écartés. Ainsi, la cohérence du contenu de la page avec l’expression clé de recherche, la fraîcheur des contenus du site intégrés dans une ligne éditoriale cohérente, la notoriété des contenus au service d’une stratégie d’inbound marketing et la qualité de développement d’un site adapté aux standards actuels… sont encore et toujours de rigueur. Fort de ce constat, la data-sémantique se prépare de beaux jours pour épauler les annonceurs dans leur quête d’émergence dans un environnement encore plus saturé. Qu’on se le dise, prévoir l’avenir n’est que fonder le présent (Antoine de Saint-Exupéry).

Alix Pandrea, Directeur Général Search Foresight (Heroiks Group)
Partager