Vous êtes ici

Ajouter à mon espace persoConfiance dans les médias en ligne : les sites de médias traditionnels restent forts mais la théorie du complot prend de l’ampleur chez les plus jeunes

Pour ajouter ce contenu à vos favoris, il suffit de vous inscrire ou de vous identifier

15/12/2021

Confiance dans les médias en ligne : les sites de médias traditionnels restent forts mais la théorie du complot prend de l’ampleur chez les plus jeunes

Une étude menée par CSA Research (Havas Group) révèle que 85% des Français suivent l’actualité. Si, pour s’informer, la télévision est plébiscitée par 47% des personnes interrogées. 31% Français (majoritairement des 18-34 ans, CSP+ et titulaires de Bac+5) privilégient Internet et les applications mobiles pour s’informer.
Internet occupe près d’un cinquième de la journée (hors heures de sommeil) de chaque Français… Près de la moitié d’entre eux (49%) y consacrent entre 1h et 3h par jour. Pour s’informer ils consultent plus volontiers les contenus online des médias offline : quotidiens nationaux et locaux, télé et radio (48%). Les réseaux sociaux affichent 32%. La PQR est le 1er média éditorial cité derrière Facebook et YouTube.
Lorsqu’il s’agit de s’informer, les canaux médias historiques apparaissent comme les plus crédibles (radio 68%, presse écrite 67%, TV 58%) alors qu’Internet et les applications mobiles suscitent une large défiance de la part des Français. Toutefois, Internet reste crédible auprès des moins de 35 ans.
Les premiers sites cités comme «où les choses se sont passées comme ce qui a été raconté» sont Arte.tv, les sites de PQR, lemonde.fr et les autres sites de l’audiovisuel public.
Plus d’un tiers des Français (34%) s’interrogent sur la version officielle d’au moins un évènement majeur qui a eu lieu (Charlie Hebdo, 11/09, Covid-19 …) et 9% d’entre eux remettent en cause tous ces événements. La théorie du complot est même plus prégnante chez les jeunes : 49% des 18-24 ans adhèrent à au moins une des théories du complot qui leur a été soumise. L’étude note également que les plus suspicieux sont également ceux qui s’informent le moins.
 
Partager