Vous êtes ici

Ajouter à mon espace persoCommunication & Entreprise et Inférences analysent l’évolution du discours des entreprises sur le développement durable

Pour ajouter ce contenu à vos favoris, il suffit de vous inscrire ou de vous identifier

11/04/2012

Communication & Entreprise et Inférences analysent l’évolution du discours des entreprises sur le développement durable

Communication & Entreprise (ex-Ujjef) et le cabinet Inférence ont rendu publique la deuxième livraison de leur étude sur le discours corporate des entreprises concernant le développement durable. Elle est fondée sur l’analyse sémantique des discours sur le développement durable de 45 entreprises opérant dans 19 secteurs d’activité. Par rapport à l’étude de 2010 (voir archive), les priorités affichées et assumées par les entreprises font apparaître une certaine permanence. Un tiers du discours sur le développement durable concerne l’économie (avec un discours majoritairement orienté vers le client), devant le social et l’environnemental (un quart du discours pour chaque thème) et le sociétal (un sixième). L’analyse montre, toutefois, une «poussée modeste du volontarisme» et «une affirmation plus nette du champ de la stratégie», mais souligne la «faiblesse dans le discours», notamment par rapport à l’urgence du sujet. L’étude pointe en particulier «les discours trop lisses des dirigeants», l’usage de mots gadgets autour du préfixe «éco», un usage «indifférencié voire flou» des termes de développement durable et de responsabilité sociale des entreprises (RSE), des «velléités de dialogue» mais une faible place faite aux parties prenantes.

NL483-graph-dd

En raison de la prochaine obligation faite aux entreprises de plus de 500 salariés de produire un rapport annuel de responsabilité, l’intégration de la RSE au discours corporate des entreprises «ne peut plus être traitée en périphérie du discours, ni saupoudrée sur la stratégie», estime Jean-Luc Letouzé, Président de Communication & Entreprise.
L’étude croise des analyses lexicométrique et sémantique, ainsi qu’une analyse de polarité et de valence. Elle a porté sur 45 entreprises, sur les chapitres DD de 28 rapports parus en 2011, 15 rapports annuels de DD et le contenu des rubriques DD de 30 sites Internet.

Partager