Vous êtes ici

Ajouter à mon espace persoCA en progression et bénéfice net divisé par plus de 2 pour Publicis au 1er semestre 2020

Pour ajouter ce contenu à vos favoris, il suffit de vous inscrire ou de vous identifier

27/07/2020

CA en progression et bénéfice net divisé par plus de 2 pour Publicis au 1er semestre 2020

Le groupe publicitaire Publicis a publié jeudi un bénéfice net divisé par plus de deux (-60,6%) sur le premier semestre de l'exercice, à 417 millions d'euros, principalement du fait d'une baisse de ses résultats sur le deuxième trimestre liée à la pandémie en cours.   
Sur la première moitié de l'année, le groupe a vu son chiffre d'affaires rester en progression, de 8,4% à 5,28 milliards d'euros, une croissance qui s'est également poursuivie sur le deuxième trimestre, quoique dans des proportions moindres (+2,6%).  
«Comme anticipé, nous avons été affectés par les premières conséquences économiques de la crise du coronavirus au deuxième trimestre. Mais nous avons été en mesure d'en contenir les premiers effets, grâce à notre offre unique, à l'efficacité de nos services partagés et notre solidité financière», a déclaré le président du directoire Arthur Sadoun, cité dans le communiqué.   
Entre mars et juin, le groupe a accusé une baisse organique de son chiffre d'affaires sur ses principales géographies, avec une baisse de 6,8% aux Etats-Unis, de 5,7% en Asie, «avec une nette amélioration en Chine par rapport au premier trimestre», et de 23,5% en Europe, «les confinements ayant eu un impact sur la majeure partie du trimestre», a précisé M. Sadoun.   
Publicis a également amélioré son excédent brut d'exploitation (Ebitda) de 4,3% à 923 millions d'euros, avec une marge opérationnelle à 13%, en repli de 1,1 point par rapport à la même période un an plus tôt.   
Concernant ses perspectives pour l'exercice en cours, Publicis estime que le «plein impact de la crise actuelle sur l'économie reste à ce stade largement inconnu et rend ainsi difficile la communication d'une prévision spécifique pour le second semestre».   
Le groupe estime que le deuxième trimestre «pourrait être le point bas mais il est prématuré de dire si le deuxième semestre sera meilleur ou pire».
(Avec AFP)
 
Partager