Vous êtes ici

Ajouter à mon espace persoBruxelles prépare un texte législatif garantissant la liberté des médias

Pour ajouter ce contenu à vos favoris, il suffit de vous inscrire ou de vous identifier

13/01/2022

Bruxelles prépare un texte législatif garantissant la liberté des médias

Bruxelles prépare un texte législatif pour garantir l'indépendance des médias de l'UE, a indiqué hier le commissaire européen en charge du marché intérieur, Thierry Breton, lors d'un débat sur l'avenir des télévisions publiques. 
«Nous travaillons à un +Media Freedom Act+. Son objectif doit être de garantir l'indépendance du marché des médias et d'augmenter sa résilience», a déclaré le commissaire français, intervenant par vidéo de Bruxelles au débat organisé à Paris par France Télévisons.
«Nous voulons agir contre tout type d'ingérence afin que personne ne devienne trop important», a-t-il relevé. Bruxelles s'inquiète notamment des dérives constatées en Hongrie, en Pologne, ou encore en République tchèque. 
«Nous voulons réfléchir à la manière de renforcer la gouvernance des médias publics», a ajouté M. Breton. 
La Commission européenne a lancé lundi une vaste consultation publique sur le sujet. «Il est prévu que la proposition soit présentée par la Commission durant le troisième trimestre 2022», selon son communiqué. 
De son côté, Delphine Ernotte, présidente de France Télévisions, a appelé à se mobiliser pour la liberté de la presse, «fragilisée» ces derniers temps. 
«Face à un terrible dérèglement médiatique qui menace nos démocraties, nous sommes la meilleure réponse d'avenir», a-t-elle estimé, en parlant des télévisions publiques.
D'une part, elle a pointé l'«émergence massive des réseaux sociaux», qui «enferment les citoyens dans des bulles de pensées clivantes» et «sapent les fondements du travail journalistique». 
D'autre part, elle a dénoncé les agissements de certaines chaînes d'information en continu, «devenues des chaînes d'opinion, voire d'une opinion». 
«Or, l'information, ce n'est pas un contenu commercial. L'information de qualité est précieuse. Elle permet de débattre sans s'affronter», a-t-elle dit, défendant la cause des médias publics.
Lundi, le candidat à la présidentielle d'extrême droite, Eric Zemmour, ancienne vedette de la chaîne d'information CNews, contrôlée par l'industriel Vincent Bolloré, avait durement critiqué les journalistes.
Il souhaite notamment privatiser l'audiovisuel public. Ainsi, «le service public ne crachera plus sur le contribuable tous les jours au petit-déjeuner», avait-il déclaré.
«Je dénonce ses propos très durs et qui appellent à la haine», a rétorqué Mme Ernotte, dans un entretien hier sur France Inter. 
(Avec AFP)
Partager