Vous êtes ici

Ajouter à mon espace persoBrut va lancer une application unique et se réorganise pour «rationaliser les coûts»

Pour ajouter ce contenu à vos favoris, il suffit de vous inscrire ou de vous identifier

12/07/2022

Brut va lancer une application unique et se réorganise pour «rationaliser les coûts»

Le média en ligne Brut va réunir ses services dans une application unique incluant : le média gratuit Brut, le service de VOD BrutX et Brut Live.
Cette application, qui sera lancée en septembre / octobre, sera proposée sur le modèle freemium (gratuit / payant) dans un but de «rationalisation» a expliqué Renaud Le Van Kim (photo), co-fondateur du média, invité de l’Association des Journalistes Médias (AJM).

La plateforme, qui réunit une audience de 500 millions d’utilisateurs par mois dans le monde, va rationaliser ses effectifs (350 collaborateurs au total) en recentralisant à Paris une partie des effectifs basés sur des bureaux à l’étranger. Le plus important, hors Paris, constitué de 60 collaborateurs, est basé à New-York.

«On va bouger un peu le modèle de Brut. Il s’agit de rationaliser les coûts technologiques et répondre à une génération de plus en plus globalisée» a souligné Renaud Le Van Kim. «Nous allons aller un peu plus en Afrique et au Brésil» a-t-il précisé, à propos de nouveaux développements à l’international. «Tous les sujets locaux se feront en local» mais certains sujets à l'audience internationale pourront être réalisés ou édités depuis Paris.

Brut a réalisé une levée de fonds de 75 millions de dollars il y a un an pour se renforcer à l'international.

Si le chiffre d’affaires de Brut provient à 60% des productions en brand content, cela correspond à 10% du volume total des vidéos produites. Le média s'est associé en début d'année à Carrefour pour lancer Brut Shop, une plateforme de téléachat sur internet (voir archive).

Après le Festival du Cinéma de Cannes, dont Brut était co-détenteur des droits, pour la première fois, avec France Télévisions, le média a recueilli «450 millions de vues dans le monde, contre 40 millions l’année précédente». Les droits détenus pour 3 ans ont coûté 2 millions d’euros, partagés à part égale avec France Télévisions. «Nous avons également dépensé 1 million d’euros en frais de production. Une opération qui n’a pas été rentable» a ajouté Renaud Le Van Kim, dont le média sera partenaire des Festivals du Cinéma de Deauville et de la Bande dessinée d’Angoulême. «Il y a une envie commune d’être aussi au Festival Lumière à Lyon» a-t-il ajouté.

Partager