Vous êtes ici

Ajouter à mon espace persoAutorité de la concurrence : Isabelle De Silva quitte la présidence le 13 octobre

Pour ajouter ce contenu à vos favoris, il suffit de vous inscrire ou de vous identifier

7/10/2021

Autorité de la concurrence : Isabelle De Silva quitte la présidence le 13 octobre

La présidente de l'Autorité de la concurrence Isabelle De Silva va quitter ses fonctions au terme de son mandat, le 13 octobre, et le vice-président Emmanuel Combe va assurer un intérim jusqu'à la nomination du successeur de Mme De Silva, a indiqué lundi à l'AFP une source interne.
Nommée en octobre 2016 pour un mandat de cinq ans, Isabelle De Silva va ainsi réintégrer le Conseil d'Etat, dont elle avait présidé la sixième chambre à la section du contentieux de 2013 à 2016, a précisé cette source. Dans l'attente de la nomination par décret du président de la République -sur avis des commissions de l'Assemblée nationale et du Sénat compétentes en matière de concurrence-, du ou de la prochain(e) président(e) de l'Autorité, c'est Emmanuel Combe, vice-président depuis 2012 qui remplira ses fonctions.
Fin mai, la présidente de l'Autorité avait indiqué, dans un entretien à l'AFP, «préfére(r) d'abord échanger avec le ministre de l'Economie, le Premier ministre» avant d'envisager «d'être candidate à un renouvellement» de son mandat. Ses années à la tête du gendarme de la concurrence auront été marquées par une montée en puissance des autorités anti-trust en Europe, pour faire face au poids pris par les Gafam - Google, Apple, Facebook, Amazon.
En France le moteur de recherche Google s'est ainsi vu successivement infliger en juin une première amende de 220 millions d'euros par l'Autorité de la concurrence pour ses pratiques publicitaires, puis en juillet une seconde de 500 millions d'euros, pour ne pas avoir négocié «de bonne foi» avec les éditeurs de presse sur l'application des droits voisins. Dernière évolution en date: la directive européenne ECN+, transposée en France par une ordonnance publiée fin mai, permet notamment à l'Autorité française de s'autosaisir et de demander le cas échéant à une entreprise de modifier son action si besoin.
(Avec AFP)
Partager