Vous êtes ici

Ajouter à mon espace persoAides à la presse : modernisation et doublement des crédits

Pour ajouter ce contenu à vos favoris, il suffit de vous inscrire ou de vous identifier

17/05/2021

Aides à la presse : modernisation et doublement des crédits

L'aide à la modernisation des distributeurs de journaux a été «profondément renouvelée», affirme mercredi le ministère de la Culture, annonçant notamment le relèvement des plafonds d'aides et des niveaux de soutien de l'Etat pour certaines dépenses.  
«La réforme mise en œuvre ce jour relève les taux de soutien jusqu'à 80% pour certaines dépenses, double les plafonds des aides et élargit les dépenses éligibles pour deux ans», énumère dans un communiqué le ministère de la Culture.  
Elle «vise à renforcer l'attractivité des points de vente et à mieux répondre aux attentes des lecteurs par un véritable choc de modernisation», argue-t-il.  
Ce dispositif, en place depuis 2005, permet de soutenir les investissements d'informatisation et de rénovation des points de vente de la presse. Il a permis depuis son lancement «d'aider 11 646 diffuseurs, pour un montant total de 62 millions d'euros», précise le ministère.  
Autre nouveauté : en 2021 et 2022, le montant de crédits alloués à cette aide va passer de 6 à 12 millions d'euros par an.  
Frappés de plein fouet par la crise sanitaire et la liquidation judiciaire l'an dernier de Presstalis, principal distributeur de la presse en France, l'Etat a dû venir à la rescousse des diffuseurs de presse. 
Entre 2020 et 2022, près de 77 millions d'euros ont été consacrés au soutien de la filière en plus d'une exonération de contribution économique territoriale, versée annuellement aux collectivités locales, pour un montant total de 5 millions, souligne le ministère de la Culture.  
Le ministère indique préparer aussi «la mise en place de plusieurs dispositifs visant respectivement à lutter contre la précarité dans la filière, à accompagner la restructuration industrielle des imprimeries et à encourager la transition écologique du secteur».
(Avec AFP)

 

Partager