Vous êtes ici

Ajouter à mon espace perso+27pts pour le nombre d’abonnés à un service de VàDA en 3 ans d’après l’Hadopi

Pour ajouter ce contenu à vos favoris, il suffit de vous inscrire ou de vous identifier

18/11/2021

+27pts pour le nombre d’abonnés à un service de VàDA en 3 ans d’après l’Hadopi

En 2021, la consommation de biens culturels dématérialisés s’est stabilisée et concerne désormais 83% des internautes, soit près de 43 millions de consommateurs, selon le Baromètre de la consommation 2021 d’Hadopi. En dix ans, le nombre de consommateurs a ainsi augmenté de 15 millions d’individus.
Dans le détail, 52% des internautes consomment des films, 51% de la musique et 48% des séries TV. La consommation de retransmissions sportives, qui avait reculé en 2020 suite à l’arrêt des compétitions sportives, repart à la hausse, retrouvant son niveau d’avant-crise à 19% (+2 points par rapport à 2020).
Hadopi souligne aussi que le nombre d’abonnés à des offres de musique, de vidéo à la demande par abonnement (VàDA) ou de TV payante continue de progresser et concerne 65% des internautes. La VàDA est la plus utilisée, avec 49% des internautes abonnés, soit une hausse de 27 points en trois ans (22% en 2018). Si cette progression ralentit en 2021, le multi-abonnement se développe et associe le plus souvent une offre de VàDA à une offre de musique ou de TV payante pour 23% des internautes (+6 points en deux ans).
D’après le baromètre, 27% des internautes déclarent avoir consommé au moins un bien culturel dématérialisé de manière illicite. La consommation illicite, qui atteint un niveau semblable à celui de 2020, devient cependant plus régulière. Plus particulièrement, la consommation illicite de musique progresse (+1 point parmi les internautes) et retrouve un niveau proche de 2019. Les retransmissions sportives dont la consommation illicite avait reculé avec l’arrêt en 2020 des compétitions sportives, retrouvent également leur niveau d’avant-crise (6% des internautes).
Enfin, les pratiques alternatives se développent : 19% des internautes ont déjà réalisé des réglages de DNS (Domain Name System) pour accéder à des noms de domaine bloqués par le fournisseur d’accès internet suite à une action en justice d’un ayant droit.
 
Partager