Recherche

Nouvelle recherche
> Accueil > Article > Les grands axes de diversification des revenus des sites éditoriaux, étudiés par Xerfi Precepta

Les grands axes de diversification des revenus des sites éditoriaux, étudiés par Xerfi Precepta

Le 01/07/2014

nl314-images-logo-xerfi-precepta

Un lecteur rapporte au moins 10 fois plus qu'un internaute et un internaute bien plus qu'un mobinaute. En conséquence, les médias en ligne doivent renouveler, voire réinventer, leurs modèles de monétisation. Ce sont les constats que fait Xerfi dans sa dernière étude intitulée «Stratégies des médias numériques - Business models et monétisation face à la transition mobile et au nouvel écosystème publicitaire».
Par utilisateur et par an, les revenus publicitaires des éditeurs de contenus internet n'excèdent pas plus de 1 à 3 euros. La croissance du CA des médias numériques est passée sous la barre des 10% en 2012 (+8%) et en 2013 (+6%) selon les experts de Xerfi-Precepta. L’analyse des performances financières de 20 sites éditoriaux montre que le taux de résultat net est repassé dans le rouge (-1,3%) pour la deuxième fois, après la déconvenue de 2008.
Pour réduire leur dépendance à la publicité, les sites s’emploient à «diversifier leurs sources de revenus en capitalisant sur leurs actifs, à savoir leurs audiences, leurs marques, leurs savoir-faire et leurs compétences clés». Pour Xerfi, cette diversification est leur «planche de salut» et plusieurs axes sont explorés :
- le brand publishing : création de sites et applications internet pour les annonceurs, jeux-concours, animation de communautés…
- les modèles freemium, seule voie possible en dehors d’une entente collective entre les éditeurs et de la constitution d’une offre de bouquets de contenus payants,
- le commerce et les services en ligne : comparateurs, annuaires, guides, services d’intermédiation, annonces classées…

NL965-image-xerfi

Détails
 
> Voir l'article dans la newsletter
> Voir toute la newsletter
Share |