Recherche

Nouvelle recherche
> Accueil > Article > La prescription des internautes joue un rôle de plus en plus important dans la consommation de biens culturels, selon Bain&Company

La prescription des internautes joue un rôle de plus en plus important dans la consommation de biens culturels, selon Bain&Company

Le 12/11/2013

nl604-logo-bain company

Comme l’an dernier (voir archive), Bain&Company publie, à l’occasion du Forum d’Avignon, les résultats de son observatoire international sur la consommation numérique des biens et services culturels. 8 pays ont été étudiés en juillet 2013 : France, Royaume-Uni, Allemagne, USA, Russie, Brésil et les zones urbaines de la Chine et de l’Inde.
Trois tendances de fond sont dégagées par le cabinet de conseil : l’augmentation de la consommation individuelle et «sociale» propulsée par les smartphones et tablettes ; l’ubiquité des contenus rendue possible par la distribution numérique ; la montée en puissance de l’abonnement grâce aux réseaux toujours connectés.
Dans les 3 pays européens étudiés et aux USA, les sources de recommandation de biens culturels ont fortement évolué entre 2012 et 2013. 47% des consommateurs utilisent les réseaux sociaux pour obtenir des recommandations de jeux vidéo (+7 points), 43% pour les livres (+7 pts), 40% pour la vidéo (+8 pts) et 38% pour la musique (+6 pts).
Le niveau de la recommandation «sociale» a même dépassé celui de la recommandation des critiques et professionnels dans les domaines de la musique et des jeux vidéo. Il s’en rapproche pour le livre et la vidéo.
Troisième source de recommandation, l’utilisation des suggestions personnalisées des plateformes est aussi en forte progression : +10 points pour les livres (41%), +5 pts pour les jeux vidéo (39%), +10 pts pour la vidéo (33%) et +7 pts pour la musique (33%).

NL818-image-bain&company

Pour chacun des types de produits culturels (vidéo, jeu vidéo, musique, livre), les répondants trouvent que les «avis des autres internautes» sont plus utiles que les «coups de cœur du site» et que les «recommandations personnalisées».
En France, les réseaux sociaux sont, pour 35% des sondés, une source de recommandation pour la vidéo. Ce chiffre progresse de 7 points par rapport à 2012.
Parmi les 8 pays étudiés, les Français et les Allemands sont les plus réticents à échanger leurs données personnelles contre des recommandations, que ce soit pour des contenus vidéo ou de la musique. Cela n’intéresse que 3 consommateurs sur 10, alors que les 2/3 des Indiens ou des Chinois sont intéressés.
L’enquête a été menée sur Internet en juillet 2013, auprès d’un panel de 6 251 personnes de plus de 15 ans dont 1 034 en France, 1 033 au Royaume-Uni, 1 056  aux Etats-Unis, 1 032 en Allemagne, 573 en Russie, 509 au Brésil, 510 en Chine urbaine et 504 en Inde urbaine.
L’étude complète sera mise en ligne à partir du 19 novembre sur le site forum-avignon.org.

 
> Voir l'article dans la newsletter
> Voir toute la newsletter
Share |