Vous êtes ici

Ajouter à mon espace persoLa plateforme Reech veut faciliter les accords entre les marques et les influenceurs du web

Pour ajouter ce contenu à vos favoris, il suffit de vous inscrire ou de vous identifier

20/10/2015

La plateforme Reech veut faciliter les accords entre les marques et les influenceurs du web

NL1238-logo-reech

Créée en 2015 par Guillaume et Maxime Doki-Thonon, Reech, qui tire son nom du terme «reach», est une plateforme qui a pour ambition de réinventer, professionnaliser et réguler la relation entre annonceurs et influenceurs du web et des réseaux sociaux. Cet outil permet ciblage, interaction, data live, pilotage à la carte et gain de productivité. En effet, Reech permet aux marques d’identifier les influenceurs, secteur par secteur, expertise par expertise, en fonction de leur viralité grâce à une fiche détaillée. Adapté aussi bien aux TPE-PME qu’aux grands comptes, l’outil donne également la possibilité aux marques de proposer directement aux influenceurs des produits, des services, des campagnes d’influence et de mesurer l’impact de ces opérations marketing. L’influenceur peut lui aussi entrer en contact avec l’annonceur.
«Notre valeur ajoutée n’est pas la simple mise en relation entre annonceurs et influenceurs», explique Guillaume Doki-Thonon. «Nous sommes la seule plateforme qui permet de réaliser des accords financiers. Et nous accompagnons l’annonceur et l’influenceur au-delà du contrat, dans le suivi, la facturation, le paiement...».
Depuis son lancement, la plateforme compte plus de 10 000 influenceurs et 450 annonceurs référencés.
Le modèle économique de Reech est un modèle hybride SaaS/commissions : l’inscription des influenceurs à la plateforme étant gratuite, l’entreprise est rémunérée par les inscriptions des annonceurs, puis commissionnée lors des transactions financières effectuées entre annonceurs et influenceurs.
Les deux entrepreneurs s’apprêtent à faire une levée de fonds de 450 000€. Leur objectif financier est d’atteindre un chiffre d’affaires de 5,2M d’euros en 2018.

Partager